18/07/2013

Les adhérents de l’APF dénoncent la politique actuelle qui les considère comme des citoyens de seconde zone !

Réunis en Assemblée générale le 29 juin à Chartres, les adhérents de l’APF ont dénoncé samedi le manque de réelles mesures et l’absence d’implication du président de la République et du gouvernement sur la politique du handicap. De l’accessibilité à la citoyenneté en passant par les services d’aide à domicile et la solidarité, ils ont adopté quatre motions ambitieuses et nécessaires exprimant les fortes attentes des personnes en situation de handicap.

En effet, plus d’un an après l’arrivée de François Hollande et de son gouvernement, force est de constater qu’il n’y a toujours pas de réelle politique du handicap ! Les quelques mesures à destination de publics ciblés ne constituent en rien une avancée concrète au regard de toutes les difficultés quotidiennes des personnes en situation de handicap et de leur famille. Depuis un an, le gouvernement renvoie l’APF au Comité interministériel du handicap pour avoir des réponses précises. Or celui-ci, prévu en juin, a été reporté à juillet puis à septembre !

Aujourd’hui, avec leurs motions, les adhérents de l’APF dénoncent la politique actuelle qui les considère comme des citoyens de seconde zone. Et ils fixent leur feuille de route au président de la République et au gouvernement !

Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

Pour lire les motions, cliquez sur chacune d’entre elles : 

Motion 1 : « Accessibilité : l’échéance de 2015 n’est pas contournable ! »

Motion 2 : « La solidarité nationale n’est pas la charité ! »

Motion 3 : « Services d’aide à domicile : l’APF lance un cri d’alarme sur la situation des personnes »

Motion 4 : « La citoyenneté et la participation sociale ne sont pas négociables ! »

Source : reflexe-handicap.org

Les commentaires sont fermés.