• Accessibilité: le gouvernement confirme de nouveaux délais

    La loi sur le handicap de février 2005 avait fixé l'objectif de rendre accessibles dans les dix ans les bâtiments recevant du public et les transports, mais le gouvernement avait reconnu à l'automne dernier que ce but ne serait pas atteint en 2015.
    Mercredi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a clos à Matignon une concertation menée depuis octobre sous la présidence de la sénatrice Claire-Lise Campion, avec les différents acteurs (associations, collectivités territoriales, commerces, professions libérales ...), afin de définir des "agendas d'accessibilité programmée".
    Ces agendas "permettront aux acteurs publics et privés qui ne seront pas en conformité avec l'ensemble des règles d'accessibilité au 1er janvier 2015, de s'engager sur un calendrier précis et resserré de travaux", a précisé le chef du gouvernement, dans un communiqué.
    Les petits établissements, tels que les commerces de proximité, les cabinets médicaux, pharmacies ou les mairies de petites communes, auront, une fois leur agenda validé par le préfet, jusqu'à trois ans pour se mettre en conformité.
    Selon Marie Prost-Coletta, déléguée ministérielle à l'accessibilité, cela concerne "à peu près 80% des établissements recevant du public".
    Pour les patrimoines plus importants ou complexes (chaînes d'hôtels ou de commerces, grands stades, crèches d'une commune), le délai ira jusqu'à six ans, voire jusqu'à neuf ans.

    Lire la suite

  • Accessibilité: Grenoble conserve la première place

    L’Association des Paralysés de France (APF) a publié ce mardi son baromètre annuel de l'accessibilité. Et dans cette 5e édition, Grenoble conserve la tête du classement avec une moyenne de 18,7/20, suivie de Nantes avec 18/20, tandis que Caen prend la 3e place avec 17,6/20.
    Aucune ville n’est sous la moyenne en 2013. En queue de peloton, on trouve Digne-les-Bains avec 10,2/20, précédée de peu par Alençon et Chaumont (10,3).
    Si les villes ont fait des progrès dans l’accessibilité aux personnes handicapées, le constat reste "accablant" selon l'APF avec à peine plus de la moitié des écoles et seulement 42% des réseaux de bus accessibles.
    A Grenoble en tout cas, on se réjouit de cette nouvelle distinction qui "récompense plusieurs années de travail pour rendre notre ville accessible pour l’ensemble des personnes en situation de handicap et quel que soit d’ailleurs le type de handicap : moteur, visuel, auditif ou mental. Accessibilité totale du réseau de transports en commun, développement d'une offre de logements accessibles, concours annuel des commerces accessibles, organisation chaque année du Mois de l'accessibilité, projet Inovaccess destiné à encourager l'accueil de personnes handicapées dans l'entreprise..., les initiatives impulsées par la Ville de Grenoble sont nombreuses et cette très bonne note confirme que ces actions portent leurs fruits". Une distinction qui, rappelle la Ville, vient s’ajouter à celles "déjà reçues en la matière : 2e ville la plus accessible d’Europe en 2014, 1er territoire de tourisme adapté au plan national, 1ère ville européenne à mettre en place un dispositif d’aides pour l’accessibilité".
     
    Pour lire le rapport ( cliquer ici )

  • Handicapé agressé à Fontaine : les trois adolescents mis en examen

    Les trois adolescents suspectés d’avoir filmé et mis en ligne l’humiliation qu’ils avaient infligée à un jeune homme de 18 ans, déficient mental, dimanche dans un parc de Fontaine près de Grenoble, ont été présentés ce mercredi à un juge des enfants, à l’issue de leur garde à vue. Le garçon de 14 ans qui semble avoir été le plus virulent et qui aurait pris l’initiative de publier la vidéo sur sa page Facebook, a été mis en examen pour « violences volontaires en réunion et sur personne vulnérable » ainsi que pour « diffusion de l’enregistrement d’images relatives à la commission d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne ». Laissé libre sous contrôle judiciaire, il a été placé dans un foyer, en dehors du département de l’Isère, avec interdiction de sortie de 20 h à 7 h, interdiction de rencontrer la victime et les autres mis en cause et l’obligation de suivre un scolarité ou une formation.

    Lire la suite