Social - Page 5

  • Service à la personne et PCH : le bug des départements !

    Depuis le 1er avril 2016, s'applique la nouvelle grille de salaires pour les salariés des particuliers employeurs, avec une forte hausse, un peu moins d'un euro de l'heure selon la catégorie (en lien ci-dessous). La PCH (prestation de compensation du handicap), qui permet aux personnes handicapées de les rémunérer a, elle aussi, été revalorisée. En théorie tout devait donc relativement bien se passer mais, en pratique, ce n'est pas le cas. Tout d'abord parce que cette modification va laisser plus de restes à charge pour la personne handicapée employeur mais également parce que la mise à jour ne s'est pas faite dans certains départements, notamment les Yvelines, le Morbihan, l'Aveyron ou la Gironde. La faute au logiciel informatique pas à jour ! Le hic, c'est que certains particuliers handicapés employant en direct des assistants de vie (on en dénombre environ 70 000 en France) vont devoir faire l'avance de ce complément à compter du 30 avril, au moment de régler ce premier salaire et ses cotisations réévalués ?

    Pour lire la suite de l'article: handicap.fr

  • Chercher Agefiph, le montant des aides diminue mais pas de panique !

    C'est un peu comme résoudre la quadrature du cercle. Plus les entreprises embauchent de travailleurs handicapés, moins elles versent de contributions. Et moins elles versent de contributions, plus le budget de l'Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées) se réduit. Et plus le budget de l'Agefiph se réduit, moins il y a de moyens pour accompagner les travailleurs handicapés en poste, pourtant, logiquement, de plus en plus nombreux. Certains prétendent, non sans ironie, que le système aura rempli ses objectifs lorsque le budget de l'Agefiph sera égal à zéro. Cela signifiera que toutes les entreprises assujetties sont en conformité avec la loi. Mais quid alors du financement des postes adaptés, de l'aide humaine, de la formation pour soutenir ces entreprises valeureuses et leurs salariés handicapés ?

    Pour lire la suite: handicap.fr

  • Des familles dénoncent les pratiques illégales des MDPH

    Les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ne respectent pas de nombreuses dispositions légales censées permettre un réel échange avec les familles. Ni les délais légaux pour l’instruction des dossiers.

    « Votre MDPH respecte-t-elle la loi ? » Pas vraiment, à en croire l’enquête menée par quatre associations et collectifs sur les Maisons départementales des personnes handicapées : « Les résultats sont globalement décevants. » Près de 1 900 familles de personnes autistes ou atteintes de troubles cognitifs ont répondu au questionnaire mis en ligne par Autisme France, Egalited, TouPI et Dys nos droits. Leurs réponses soulèvent « plusieurs points d’alerte ».

     

    Pour lire la suite: faire-face.fr

  • Tous les passagers handicapés ne peuvent pas voler de leurs propres ailes

    L’agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) vient d’adopter un nouveau texte sur le transport des passagers handicapés. Une interprétation erronée a laissé croire que tous les passagers handicapés pourraient bientôt voyager en avion sans être accompagnés. Il n’est en rien.

    Toutes les personnes handicapées vont-elles vraiment pouvoir « prendre l’avion en toute autonomie » ? Autrement dit, sans être accompagnées. L’information a été diffusée par des médias belges et français sur la base d’un communiqué de presse du Belgian Disability Forum (BDF). Mais elle est erronée. La méprise vient de « notre lecture trop positive » de l’annexe II à la décision 2016/004/R adoptée fin janvier par l’agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), reconnaît Olivier Magritte, le coordinateur du BDF, interrogé par Faire Face.

    Pour lire la suite: faire-face.fr

  • L’Agefiph rabote ses aides

    À partir du 1er avril, l’Agefiph va sévèrement diminuer le montant de ses aides à l’alternance, à l’insertion professionnelle et à la création d’activité. Le Fonds adapte son offre à la baisse de ses recettes.

    Jusqu’à – 52 % ! Le montant de nombreuses aides financières accordées par l’Agefiph va sérieusement baisser ce 1er avril. Exemple : l’employeur faisant signer à un travailleur handicapé un contrat de professionnalisation de dix-huit mois ne touchera plus que 3 000 € contre 6 000 € jusqu’alors. « Nous devons trouver le bon équilibre entre un niveau d’aide suffisamment incitatif et la nécessité de réaliser des économies pour faire face à la baisse de nos ressources », justifie Hugues Defoy, directeur du Pôle métier à l’Agefiph.

     

    Pour lire la suite : faire-face.fr